Présentation du réseau

Présentation du réseau

Informations sur les lésions cérébrales

Informations sur les lésions cérébrales

Annuaire et cartographies

Annuaire et cartographies

Formations

Formations

Outils et documentation

Outils et documentation

Lésions cérébrales acquises

Lésions Cérébrales Acquises

Traumatismes Crâniens

Traumatismes Crâniens

Accidents vasculaires cérébraux

Accidents vasculaires cérébraux

Tumeurs

Tumeurs

Méningites

Méningites

Anoxies

Anoxies

Qu'est-ce qu'une anoxie ?

L’anoxie cérébrale, c’est quoi ?

« anoxie » = absence d’oxygène

« cérébrale » = qui concerne le cerveau

L’« anoxie cérébrale » signifie donc que le cerveau a été privé d’oxygène.

L’oxygène est vital pour le cerveau. Il est transporté par le sang qui est propulsé par le cœur. Un arrêt cardiaque va interrompre la circulation sanguine, donc l’apport de l’oxygène dans tous les organes du corps. Le cerveau est l’organe le plus sensible au manque d’oxygène. Les cellules du cerveau (= neurones) peuvent être détruites au-delà de 3 minutes si le manque d’oxygène est complet. Une durée d’anoxie supérieure à 5 minutes est de mauvais pronostic : un grand nombre de neurones vont mourir et provoquer des lésions dans l’ensemble du cerveau (lésions diffuses).

L’anoxie cérébrale, c’est fréquent ?

En France, chaque année, on estime à 70 000 le nombre de personnes victimes d’une anoxie cérébrale, dont un grand nombre va décéder.

Quelles sont les causes ?

    • La cause principale est l’arrêt cardiaque pur ou « mort subite » (par infarctus du myocarde massif, par troubles du rythme cardiaque) : cela touche 40 à 50 000 personnes par an, dont 90% vont décéder. Parmi les 5 000 survivants, 4 500 vont présenter des lésions cérébrales plus ou moins sévères.
    • Le cœur peut s’arrêter pour d’autres raisons, plus rares (arrêt cardio-respiratoire): asthme, noyade (500 décès par an et 30 survivants avec lésions cérébrales graves), électrocution grave, intoxications (overdose, tentatives de suicide avec médicaments, monoxyde de carbone..), strangulation, accidents d’anesthésie, chocs allergiques, inhalation de corps étrangers (jeunes enfants qui vont s’introduire des petits objets dans le nez ou la bouche), hémorragies graves après chirurgie ou accouchement….

L’arrêt cardio-respiratoire est une URGENCE MEDICALE ABSOLUE : il faut appeler le 15 ou le 112 et pratiquer un massage cardiaque pour tenter d’amener de l’oxygène au cerveau en attendant l’arrivée des secours

Quel est le pronostic ?

Il dépend surtout de la durée de l’interruption de la circulation cérébrale : plus vite le patient est réanimé et moins les séquelles risquent d’être graves. Cependant, la rapidité de la mort des neurones (quelques minutes) privés d’oxygène rend les séquelles souvent importantes.

Le pronostic vital ne peut pas être envisagé avant le 3ème jour suivant l’arrêt cardiaque.

Le délai « raisonnable » pour se faire une idée des séquelles est de 6 mois.

Quelles sont les séquelles ?

Elles peuvent être lourdes : l’anoxie est une cause fréquente des « états végétatifs chroniques » (EVC).

Elles sont souvent multiples, s’améliorent peu avec le temps.

Les séquelles les plus fréquentes sont :

    • des atteintes sévères de la mémoire avec un oubli à mesure (patient incapable de mémoriser les informations qu’on lui donne au-delà d’1 minute)
    • des tremblements et autres mouvements anormaux
    • une épilepsie
    • d’importants troubles visuels (« cécité corticale » : perte de sensation visuelle en lien avec les lésions cérébrales et dont le patient n’a pas conscience)
    • un état confusionnel (patient perdu, sans repères, incohérent)