Présentation du réseau

Présentation du réseau

Informations sur les lésions cérébrales

Informations sur les lésions cérébrales

Annuaire et cartographies

Annuaire et cartographies

Formations

Formations

Outils et documentation

Outils et documentation

Lésions cérébrales acquises

Lésions Cérébrales Acquises

Traumatismes Crâniens

Traumatismes Crâniens

Accidents vasculaires cérébraux

Accidents vasculaires cérébraux

Tumeurs

Tumeurs

Méningites

Méningites

Anoxies

Anoxies

Qu'est-ce qu'un traumatisme crânien (TC) ?

Un TC, c’est quoi ?

Contrairement à ce que peut laisser supposer le terme « crânien », le traumatisme crânien (= TC) n’est pas obligatoirement un traumatisme du crâne, mais de son contenu, c’est-à-dire du cerveau. Ce qui signifie que beaucoup de TC ne s’accompagnent pas de fracture du crâne et qu’à l’inverse une fracture du crâne peut être isolée, sans lésion du cerveau.

On peut définir un TC comme une atteinte du cerveau consécutive à un choc sur la tête.

Traumatismes Crâniens

Un TC, ça survient comment ?

Un TC survient toujours brutalement, et généralement de façon accidentelle.

  • La 1ère cause de TC (70%) est liée aux accidents de la voie publique (AVP) : il peut s’agir de piétons ou de cyclistes renversés, de chutes en moto, de conducteurs ou de passagers de voitures accidentées… Ils concernent une population majoritairement masculine (70%) et jeune (15-25 ans).
  • La 2ème cause (20%) est liée aux chutes : accidents domestiques (enfant tombé de la table à langer, chute dans les escaliers), de bricolage (chute d’une échelle), accidents du travail (notamment chez les ouvriers du bâtiment), chutes au cours d’activités sportives (football), chutes en état d’ivresse, défenestrations…
  • La 3ème cause est liée aux coups portés sur la tête au cours de bagarres, d’agressions ou de certaines pratiques sportives (boxe, rugby..), aux secousses violentes (syndrome du bébé secoué, sous-ensemble de TC non-accidentels), aux plaies par armes à feu, etc.

Un TC peut être isolé, sans aucune autre blessure, ou peut être associé à d’autres traumatismes (plaies, fractures…).

Les TC, c’est fréquent ?

En France, chaque année, 160 000 personnes en moyenne vont être victimes d’un TC.

10 000 de ces TC sont des TC graves et 7 à 8 000 d’entre eux laisseront des séquelles lourdes.

C’est la 1ère cause de mortalité (12 000/an) et d’invalidité chez les 15-25 ans et la 1ère cause de mortalité chez le jeune enfant.

Comment se produisent les lésions ?

Comme le cerveau ne remplit pas complètement la boîte crânienne, le choc subi va déclencher des déplacements (= « ébranlement ») du cerveau qui peut venir « taper » sur les os du crâne (= « contusion »). Ce sont ces mouvements du cerveau qui provoquent les lésions responsables du coma (= « lésions axonales diffuses » ou LAD). Donc, plus le choc est violent, plus les déplacements du cerveau sont violents, plus les lésions sont importantes et plus le TC est grave. De plus, ces lésions  provoquées par le choc peuvent encore s’aggraver dans les jours qui suivent.

Un TC, c’est toujours grave ?

C’est principalement l’état de conscience du patient au moment du TC qui indique le niveau de gravité du TC.

On distingue :

    • Le TC léger (ou « commotion cérébrale ») : C’est le cas le plus fréquent (80%). Le patient peut rester conscient ou présenter une perte de connaissance brève (<30 minutes). Il peut ne pas se souvenir de l’accident, ni des moments qui ont suivi.
    • Le TC modéré : Il représente 11% des TC. Le patient présente une perte de connaissance de quelques heures, avec oubli de l’accident et des heures ou jours qui suivent.
    • Le TC grave (ou sévère) : Il représente 9 % des TC. Le patient présente un coma de plusieurs jours ou semaines (environ 3 semaines dans la plupart des cas). Le risque de mortalité est élevé dans les heures et jours qui suivent l’accident, ainsi que le risque de séquelles à long terme chez les survivants.

Quelle est la prise en charge d’une personne ayant subi un TC ?

Elle dépendra de la gravité du TC.

Dans le cas d’un TC léger, un grand nombre de personnes ne vont pas aller aux Urgences. Pour celles qui s’y rendent, la plupart seront renvoyées à leur domicile après quelques heures. On leur recommande alors une surveillance et un repos de quelques jours.    

Dans le cas d’un TC grave, le parcours de soins sera complexe et long (plusieurs mois ou années) :

    • Service d’urgences
    • Service de réanimation
    • Dans certains cas, service de neurochirurgie (si opération du cerveau), ou de traumatologie (si fractures de membres)….
    • Unité de Soins Intensifs
    • Unité d’éveil de coma
    • Phase de rééducation intensive en SSR (suites de soins et réadaptation)
    • Phase de réadaptation et de réinsertion en SSR ou en secteur médico-social ou à domicile avec prise en charge en secteur libéral
    • Suivi prolongé en consultation

Quelles sont les séquelles d’un TC ?

Elles vont dépendre de la gravité du TC.